La mastication et la recherche de nourriture.

Dernière mise à jour : 14 mars 2021



Suite à un commentaire de Stéphanie Cailleux (podologue équestre et connaisseuse du monde canin !) sur un précédent post facebook parlant de la stimulation chez le chien, j’ai décidé de me renseigner sur la MASTICATION.

Eh oui, on l'ignore souvent, mais la mastication est un besoin quotidien chez le chien (en plus, ça réduit la formation du tartre, what else ?)

Depuis des années, on se contente de servir à nos toutous, une ou deux gamelles de croquettes ou de pâtée par jour et basta. Solution de facilité, méconnaissance ?

Le problème ?

==> On met de côté le besoin de recherche de nourriture et celui de mastiquer qui deviennent donc encore plus pressants ! Un repas peut ne prendre que quelques minutes dans une journée. Comme ils n'ont plus d'os à gruger, ils doivent s'attaquer à autre chose (eum… les meubles par exemple ?).

Beaucoup de races de travail (berger (belge, australien, border…), chasse, terrier… pour ne citer qu’eux) sont achetées, adoptées, sans que le maître ait conscience des besoins quotidiens qu’elles demandent. Elles doivent alors absolument disposer d’activités diverses et variées pour ne pas tomber dans l’ennuie.

L’activité de mastiquer est une énorme dépense énergétique. Elle peut surpasser l’exercice sportif. Pensez que 30 minutes de mastication équivalent à 3 heures de randonnée pédestre...

Comment y remédier ?

Afin d’éviter l’ennuie et de répondre aux besoins de vos loulous, c’est simple, une panoplie d’activité de mastication et de recherche s’offre à vous :

** Manger, manger, manger ! mais pas n’importe quoi.

A la base, les chiens chassent, tuent leur proies, les dévorent. Ils sont passés d’un mode de vie de prédation et de chasse de plusieurs heures, à une gamelle de croquettes dévorée en 5 minutes.

On ne répond plus aux besoins du chien. Il est donc important d’y remédier.

Nos chiens sont munis d’enzymes digestives et d'acide gastrique assez puissants pour digérer des os crus. Mais que donner ?

  • Les os charnus (vertèbres, côtes, cou, ailes de volaille), avec au moins 30% de viande sont mous et peuvent être mangés complets. Ils sont facilement digérés et votre chien retrouve cet instinct prédateur qu’il aimait tant.

  • Pour les chiens de petites races, les os de poulet comme les ailes et les pilons feront l'affaire.

  • Les os ''récréatifs'' sont les os porteurs des animaux de boucherie ou de gibier. Les pattes sont donc toutes indiquées pour occuper les chiens de moyennes et grandes races. Les donner congelés les rendra encore plus difficiles à manger. Ils ne pourront cependant pas manger l'os comme tel, qui est trop dur et épais.

Conseil : concoctez lui un KONG avec de la viande, le tout congelé, vous en ferez le plus heureux des chiens !

Les os ne doivent JAMAIS ÊTRE CUITS. La cuisson les rend friables et très dangereux à la consommation. Rappelez-vous que les canidés dans la nature (loups, coyotes, renards) ne font pas cuire leur proie avant de la déguster !

Donnez des os adaptés à la taille de votre chien.

Les os séchés ou les peaux déshydratées vendues en commerce sont à proscrire car souvent recouverts de produits chimiques…

Soyez toujours présents lorsque votre chien mastique un os !

** Jouer au tire à la corde !

Vous ne pouvez pas dire le contraire, les chiens adorent tirer sur leurs jouets, se défier dans le tire à la corde. Ce jeu reprend la dispute pour la proie (prédation).

D’un côté physiologique, votre loulou travaille de nombreux muscles du haut du corps (mâchoire, cou), du dos et des pattes arrière.

Aussi, en jouant au tiraillement, vous permettez à Rex de grogner, de tirer, de secouer et de mordre, de se décharger quoi ! (oui oui, dans le jeu, tout est permis).

Attention à bien le cadrer pour éviter des problèmes d'agressivité de possession, de mordillage inapproprié et de sautage :