L'importance du sevrage

Dernière mise à jour : 14 mars 2021



Nougat, cette magnifique gueule d’ange, aurait malheureusement subit les ravages d’un mauvais sevrage… Retiré trop tôt ? Grandi au sein d’un milieu trop peu stimulant ? On ne sait pas vraiment, mais le résultat est là, Nougat a développé une phobie sociale, et une hyper réactivité aux bruits.

Suite à de nombreux cas similaires, j’ai décidé d’écrire un article sur les risques des troubles du développement ou du comportement liés à un sevrage précoce, et toute la nécessité de bien se renseigner avant d’adopter/ « acheter » un petit compagnon de vie !

Du stade de fœtus à celui d’adulte, le chiot passe par des étapes essentielles à son développement moteur, sensoriel, émotif et comportemental.


1. En tout premier lieu, l’importance de la bienveillance à la maman en période prénatale n’est pas négligeable.

Le chiot, s’il a été habitué aux palpations douces in-utéro, développe une plus grande tolérance à la manipulation.

A partir du 45ème jour de gestation, le fœtus distingue son environnement par le biais des émotions de la mère. Ainsi, moins la maman est confrontée à un milieu anxiogène, plus les chiots développeront des capacités émotionnelles.

Privilégiez alors un élevage familial où les chiens sont choyés, dans un environnement serein. Je vous conseille fortement d’éviter les élevages multi-race qui n’auront pas forcément la possibilité de prendre soin de leurs femelles gestantes.


2. Ensuite, arrive la période néonatale (2 premières semaines de vie).

Le développement cérébral commence par des réflexes (labial, fouissement, périnéal, de prise). La maturation cérébrale se termine à 8 semaines de vie. Pendant tout ce temps, la maman s’attache à son chiot qui lui permettra de s’apaiser et de jouer pleinement sont rôle. Elle sera source de chaleur, déclenchera l’élimination par léchage, respectera leur sommeil comme il se doit.

Le chiot doit alors sa survie à sa mère et aura besoin d’un éleveur consciencieux qui laissera au maximum la maman faire son travail.


3. La période de transition se fait entre la 2ème et 3ème semaine de vie.

Par le jeu de bagarre avec les frères et sœurs, et la remise en ordre de la mère, le chiot apprend les futurs comportements à adopter à l’âge adulte.

La peur leur est inconnue. Le chiot devra donc faire un maximum de nouvelles expériences positives et les incorporer dans sa base de données pour une certaine stabilité émotionnelle. Outre l’âge du sevrage, le premier environnement connu par le chiot a alors une importance décisive.

À la fin de cette période, l’attachement devient réciproque. Il servira de base à la période de socialisation (fin du sevrage) et est primordial pour l’imprégnation*.

L’attachement mutuel permet l’apaisement des chiots ET de la maman, et donc la découverte sereine de son environnement.

Enfin, il est utile pour l’apprentissage des règles sociales par la maman.

Au plus l’attachement est de qualité, au plus le chien sera équilibré.

Un bon éleveur, qui connait parfaitement les bénéfices d’un bon attachement, et l’importance d’expériences positives, aura un effet indéniable sur l’équilibre des chiots.